AUSONIA

Les chemins de la liberté

Ausonia affirme, dès sa création en 2001 autour de Frédérick Haas, Mira Glodeanu et James Munro, sa différence : ensemble instrumental dédié à l’interprétation des musiques des XVIIe et XVIIIe siècles, il propose à ses musiciens un travail exigeant, mûri dans le partage d’inspiration et la liberté d’expression. Sa vocation : donner un sens profond à l’interprétation, aujourd’hui, des répertoires baroques, et retrouver une qualité et une intensité de jeu à plusieurs à la fois imprégné des sources et dégagé des automatismes. 

Ausonia : un lieu où l’on apprend à être libres ensemble

Entre le socle inventif du continuo et la conduite éclairée du premier violon, l’ensemble évolue entre flexibilité et précision, sans chef. Le claveciniste Frédérick Haas, catalyseur des envies musicales et des directions artistiques qui définissent les choix de répertoire, d’enregistrement et de concert depuis dix-sept ans, donne le ton : « Je crois beaucoup plus en la qualité de ce que l’on fait qu’en la qualité de ce que l’on sait. C’est ainsi que l’on peut vraiment se dégager des stéréotypes. »

Inspiré par le fonctionnement des compagnies de théâtre, où chacun travaille de façon autonome et apporte sa richesse et sa singularité au travail collectif, Ausonia est avant tout un lieu où l’on apprend à être libres ensemble, à échanger dans la confiance de l’autre, à vivre la musique dans l’intensité. On y partage une expérience artistique autant qu’humaine. On y cherche à créer du sens, à lire entre les notes, à aller au-delà de la partition écrite.

« Nous ne changeons pas le texte, précise le claveciniste, nous lui faisons dire quelque chose. » 

Un détour par l'Orient

Cette approche, exigeante pour chacun des membres de l’ensemble et généreuse envers le public, embrasse un vaste champ d’exploration musical allant du début du XVIIe siècle au préromantisme, dont se dégage une forte prédilection pour les musiques française et allemande : Couperin, Rameau, Francœur, Marais, Charpentier, Leclair, et surtout J. S. Bach et Biber. Pour ces deux derniers, Ausonia a ouvert des horizons inédits et créatifs en collaborant avec le danseur de théâtre Nō Masato Matsuura.

« Ce détour par l’Orient, permet de prendre du recul, de réagir aux stéréotypes de la musique baroque, à cette tradition d’interprétation européenne que l’on redécouvre aujourd’hui, alors que celle du théâtre Nō est ininterrompue depuis huit cents ans. »

Ausonia contribue à la fondation du label discographique Hitasura Productions, dont le signe et l’esprit évoquent ce moment d’intensité suprême éliminant tout superflu, d’acuité concentrée sur l’essentiel : la musique

AUSONIA 2